Depuis 1995, la Garonne invite un fleuve du monde. Associant musiques, spectacles jeune public, arts visuels, cinéma de plein air Rio Loco s'attache par son esprit festif et populaire à refléter la diversité et la richesse des pays invités.

2012 : Rio Loco - Lusofonia
mercredi 07 juin 2017

Le festival Rio Loco consacre sa 18e édition à la Lusophonie à savoir tous les pays de langue portugaise (Angola, Brésil, Cap-Vert, Guinée-Bissau, Mozambique, Portugal, São Tomé-et-Principe, Timor Oriental). L'essentiel de la programmation musicale et artistique se concentre à la Prairie des Filtres du 13 au 17 juin 2012, sur les bords de la Garonne.

La programmation de Rio Loco 2012 voyage de rives en rives, au fil de la lusophonie et invente les contours d'un pays imaginaire au bord de la Garonne. Du Portugal au Brésil, de l'Angola au Cap-Vert, de la Guinée-Bissau à Sao Tomé-et-Principe, du Mozambique jusqu'au Timor-Oriental, ce monde lusophone s'interroge toujours sur son identité et rêve de mémoire, d'avenir et de liberté. Pour vous embarquer dans cette Lusophonie moderne et vivante, il fallait croiser le funana de l'île de Santiago au Cap-Vert avec la poésie du fado du quartier de Mouraria à Lisbonne.

Inviter la joute verbale du Nordeste du Brésil si proche de la route des chants occitans avec l'identité métisse du Kriol de Bissau.
Mélanger le kuduro, l'électro brute des rues angolaises avec le son des musiques traditionnelles du Mozambique. Sublimer la splendeur du choro brésilien avec la sodade capverdienne si chère à celle que l'on appelait la diva aux pieds nus.


Du 13 au 17 juin 2012,  immersion totale dans ces cultures lusophones aux visages multiples!

Sur la Prairie des Filtres, au bord de la Garonne, mais bien sûr comme chaque année dans plusieurs quartiers de la ville grâce aux Barrio Loco, le festival décentralisé tout près de chez vous.
En route pour un Rio Loco Lusofonia défricheur, passeur, enchanteur, voyageur et surtout rêveur.


« Quand je voyage, j'emporte ma culture. Les mots chantent ma terre, et la vie qui se déroule à Mindelo, chez moi... » Cesaria Evora