SERGE PEY - MALOYA, POUR UN ESCLAVE RESSUSCITÉ

Expositions Dans la ville

SERGE PEY - MALOYA, POUR UN ESCLAVE RESSUSCITÉ
Du mercredi 10 mai au dimanche 28 mai
Les îles de l’océan Indien

Du mercredi 10 mai au dimanche 28 mai

Du mardi au dimanche 10h - 12h30 - 14h - 18h

FERMÉ LE LUNDI

Vernissage le mercredi 10 mai à 12 h (Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions)

INSTALLATION DE SERGE PEY

« Mourir une fois on le supporte, mourir deux fois est intolérable » Proverbe malgache

La poésie d’action. La poésie de rupture. La rupture des frontières de l’art. Voilà bien ce qui anime le coeur-volcan de Serge Pey. Le plasticien-poète-théoricien et critique Toulousain explore, à travers ses performances, scansions ou rituels d’installations, les phénomènes de ritualisation du langage dans la pratique orale du poème. Serge Pey aime ainsi donner de la voix à ceux qui n’en ont plus. Créateur de situations, l’artiste fait résonner les lieux, militer les espaces de liberté. Pour lui, Rio Loco n’est pas « uniquement une gesticulation de la musique, mais une fraternité des paroles, […] le rythme d’une conscience sonore ». Quand le directeur du festival lui demande de participer et de travailler sur le thème de l’esclavage, Serge accepte sans tarder. Notamment, en souvenir de l’happening organisé au début des années 80, l’un de ses premiers rituels de poésie, pour lequel il avait invité des poètes du monde entier à venir avec une bouteille d’eau prélevée à une source ou à un puits de leur pays pour la mélanger aux eaux du fleuve Garonne. Tout un symbole : « Les eaux du monde sont celles de la poésie ». Au coeur de cet incroyable sanctuaire qu’est la Chapelle des Carmélites, il choisit, avec la plasticienne Chiara Mulas (mouvement de l’art-action), de montrer le corps blessé, mutilé, torturé. Ils dessinent à même le sol « les fantômes des femmes et des hommes réduits en esclavage », modèlent des statues de papier et de parpaing, choisissent « la symbolique des mains noires, qui poussant la terre des morts, [va] saisir l’espérance ». Avec pour seul fond sonore, du maloya, musique des opprimés par excellence. Saisissant.

INSTALLATION

Gratuit - Entrée libre*

Chapelle des Carmélites 1 rue du Périgord 31000 Toulouse

05 61 21 27 60

Métro : ligne A - station Capitole - ligne B - station Jeanne-d’Arc

Bus : navette centre-ville, lignes 15, 16, 23, 29, 38, 42, 44, 45, 70

cultures.toulouse.fr

sergepey.fr

chiaramulas.fr

 


Serge Pey : poète, plasticien - Chiara Mulas : poète, plasticienne

©Photo - Romaric Pouliquen

* dans la limite des places disponibles

Programme

Recherche

Séléctionnez une date

août dimanche 24 septembre oct.
LUN MAR MER JEU VEN SAM DIM
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

Événements

Pays