KOKOKO!

Musique Prairie des filtres

KOKOKO!
vendredi 15 juin - 23: 00
République Démocratique du Congo

ÉLECTRO & SYSTÈME D

23h - 0h30 - SCÈNE PONT-NEUF

Aussi fascinants qu’envoûtants, les musiciens de KOKOKO! peuvent faire danser les foules et improviser des heures durant. Chez eux, pas de guitare dernier cri ni de batterie rutilante, les instruments sont bricolés avec les moyens du bord, à partir de déchets de consommation (bouteilles plastiques, boîtes de conserve, roues de vélo, volant de voiture…) quand ce n’est pas une vieille machine à écrire qui sert de boîte à rythmes ! L’idée ? Pouvoir continuer à jouer leur musique de club pendant les coupures de courant, fréquentes sur l’avenue Kato, leur fief au coeur du ghetto de la capitale congolaise. Là, à Kinshasa, Mecque de la débrouille et du système D, le groupe associe ses instruments acoustiques à des boucles répétitives crachées par des appareils électroniques hors d’âge. C’est ici, à la faveur d’un tournage de Florent de la Tullaye et Renaud Barret (La Belle Kinoise), ces défricheurs de la scène underground kinoise à qui l’on doit le film culte Benda Bilili ! (2010) que naît KOKOKO!. Leur ami et producteur Débruit rejoint le projet, lui qui aime à créer de nouveaux territoires sonores aux confins de la world et de l’électro. KOKOKO! mixe ainsi le génie créatif de Bebson De La Rue (BBS), la poésie de François Delarozière (La Machine) et la fièvre sensuelle des clubs kinois. Attention, uppercut assuré.

 


Dernier Album : Tongos’a (20 octobre 2017, Ici)

 

“ Le collectif d’artistes congolais, fringués en combinaison jaune comme les Américains de Devo, s’est associé avec le génial producteur français Débruit, qui poursuit ici son champ d’exploration et d’expérimentation des musiques africaines. Alliant instruments entièrement DIY et musique électronique, cette collaboration fait plus que jouer avec les rythmes hybrides à cheval entre tradition et modernité, elle invente carrément une esthétique nouvelle qui, sur scène, fait se confondre fête synthétique et cérémonie expiatoire ” (François Moreau, Les Inrocks, 2017)

 


Bomolo « Boms » Liteli : basse une corde, guitare « moustique », cordes vagues, percu-mitraille, chant - Dido Oweke-Lokato : harpe « Jesus Crise », guitare une corde, volant à cordes, chant et percussion - Bovic Mwepu Kankolongo : drums, percussions, sardine-o-phone, chant - Makara Bianko : chant lead, percussions - Débruit : synthétiseurs et boîtes à rythmes

©Photo - Kokoko!

Programme

Recherche

Séléctionnez une date

juil. mardi 14 août sept.
LUN MAR MER JEU VEN SAM DIM
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2

Événements

Pays